Actualités et événements
les protestants s'engagent pour une loi sur la liberté religieuse
  Lire la suite
News & Events
Reintroduced law jeopardizing status of some churches in Hungary
  Find out more
News
2007-09-04
Laos, Cambodge
Situation des catholiques
Selon l’agence des Missions étrangères de Paris la liberté religieuse reste limitée au Laos, un pays majoritairement bouddhiste et animiste, enclavé au cœur des montagnes. Près de 40.000 catholiques connaissent toujours un grand isolement dans ce pays peu connue du Sud-Est asiatique, même si l'Eglise catholique y est légale. Les catholiques doivent s’enregistrer et toute activité est sujette à permission.

L’ Eglise catholique au Laos
Au Laos, tous les prélats sont Laotiens, sinon, le gouvernement ne les autoriserait pas. La religion chrétienne est perçue comme celle des anciens missionnaires français et des colons. Les autorités considèrent qu'il s'agit là d'une religion étrangère, ennemie des communistes. Un moment donné, il était même interdit pour cette raison de parler français. Appelé officiellement République démocratique populaire lao (RDPL), le Laos et ses six millions d'habitants vivent, rappelons-le, sous un régime communiste à parti unique depuis la « libération » de 1975. Gouverné par le Parti révolutionnaire du peuple lao (PRPL) depuis trois décennies, c’est seulement depuis 1992 que le pays a entamé un processus de modernisation et d’ouverture à l’économie de marché et au monde extérieur.

La Constitution de 1991 accorde la liberté religieuse dans le « Royaume du million d'éléphants », peuplé d'une multitude d'ethnies. Mais ce qui domine encore dans ce pays, le plus pauvre de sa région, c'est l'interprétation restrictive de certains fonctionnaires, qui privilégient les religions traditionnelles, le bouddhisme et l’animisme. Le bouddhisme est la religion la plus répandue et la plus acceptée par le gouvernement. Au Laos, l'Eglise catholique est aux mains des laïcs, et ce sont eux qui prennent en charge la communauté et son développement. Avant la « libération » de 1975, l'Eglise catholique s'occupait d'hôpitaux et d'écoles qui lui ont été supprimés.

L’Eglise catholique au Cambodge
Au Cambodge, pays de plus de 11 millions d’habitants, l’Eglise catholique est très minoritaire. Elle a été martyrisée durant le régime des Khmers rouges qui fit mourir la plupart des prêtres et des religieuses cambodgiens. Les Bouddhistes représentent en effet 95% de la population. Le bouddhisme théravada (Petit Véhicule) est la religion traditionnelle de la majorité des Khmers; il y avait avant 1970, 60 000 bonzes au Cambodge.

L’Islam au Cambodge
Les Musulmans, au nombre d’environ 250 000 (soit environ 2,5%) forment également une minorité. Leur communauté se compose essentiellement de Cham. Sihanouk les appelait les « Khmers-islam », mais ils ne sont pas d'ethnie khmère : ce sont les descendants du Campa, royaume situé au centre de l'actuel Vietnam et détruit par les Vietnamiens au XVe siècle. Les Khmers rouges ont particulièrement persécuté cette communauté, sans doute plus à cause de son particularisme que pour des motifs religieux. Plus de 100 000 d'entre eux auraient été tués. De 1975 à 1979, le régime a procédé à la suppression systématique de toute forme de religion. En 1979, le bouddhisme et l'islam ont été rétablis, et en 1990, ce fut la reconnaissance des « chrétiens khmers » à qui la liberté de religion est reconnue dans la Constitution. Les relations diplomatiques ont été établies entre le Royaume du Cambodge et le Saint Siège et la personnalité juridique de l'Eglise catholique a été reconnue par l'Etat.
  Retour