Actualités et événements
Anne Hidalgo et Laurent Wauquiez demandent l’asile en France pour Asia Bibi
  Lire la suite
News & Events
Blasphemy law is repealed in Ireland, enforced in Pakistan – and a problem in many Christian and Muslim countries
  Find out more
News
2007-09-12
Guyane française
La Guyane sous la menace des sectes ?
Après l’intervention des gendarmes le 7 septembre dernier pour soustraire 9 enfants privés d’école du giron d’une “association de prières“, la preuve est faite que la Guyane connaît une montée du phénomène sectaire. Plus de 10% de la population seraient en contact avec une secte. Parmi les moyens de lutte contre la montée des sectes, une cellule de vigilance a été créée par la préfecture de Guyane.

C’est à l’heure du laitier que les gendarmes sont intervenus le 7 septembre dernier dans une propriété du lieu-dit la Chaumière (commune de Matoury) sur ordre du parquet de Cayenne. Il s’agissait de soustraire 9 enfants mineurs, dont le plus jeune était âgé de 6 mois, du giron d’une « association de prières », soupçonnée de pratiques sectaires. Ces enfants, qui n’allaient pas à l’école, ont finalement été remis à leur père pour trois d’entre eux et placés dans des familles d’accueil ou dans un foyer pour les autres.

Ce groupe de prières est déjà connu de la justice. Il y a 2 mois, après avoir disparu, une jeune femme d’origine martiniquaise réapparaissait et accusait le groupe de séquestration, de travail forcé et d’humiliations subies de la part des dirigeants de la maison de la Chaumière. L’an dernier, quatre personnes, membres de ce même groupe, avaient été portées disparues, avant de redescendre des montagnes de la Trinité (commune de Saint-Elie, dans l’intérieur de la Guyane), où elles étaient parties en pèlerinage.
En janvier 2005, un adolescent âgé de 15 ans avait perdu la vie des suites de violences après avoir été confié par sa mère à l’église du christianisme céleste. Quatre personnes doivent comparaître d’ici le début de l’an prochain aux assises de Cayenne. Elles sont poursuivies pour « violences volontaires ayant entraîné la mort sans intention de la donner ».

Source : new media, Jacques Costa
  Retour