Actualités et événements
les protestants s'engagent pour une loi sur la liberté religieuse
  Lire la suite
News & Events
Reintroduced law jeopardizing status of some churches in Hungary
  Find out more
News
2007-12-27
Inde, Bhubanes
Des Hindous attaquent des églises à Noël faisant 1 mort et 30 blessés
Des Hindous ont attaqué au moins 10 églises pendant la nuit de Noël dans l'est de l'Inde, faisant un mort et trente blessés, a annoncé la police mercredi.

Les assaillants, soutenus par le Vishwa Hindu Parishad (Conseil mondial Hindou), ont mis le feu à six églises et en ont pillé quatre autres au coeur de l'Etat d'Orissa, a indiqué à l'AFP l'officier de police Narsingh Bol. Un jeune homme est mort dans ces attaques et 30 autres personnes ont été blessées, selon un responsable administratif local. La police n'a pas précisé la religion des victimes.

Les autorités ont imposé un couvre-feu dans quatre villes du district de Kandhamal, situé à 300 km au sud-ouest de la capitale de l'Etat, Bhubaneswar, où ces violences ont eu lieu. Le chef du gouvernement de l'Etat, Naveen Patnaik, a lancé un appel à la paix, affirmant sur une chaîne de télévision, que l'Etat d'Orissa a "une longue tradition de bonne entente entre les communautés" et qu'il "faut la maintenir".
Environ 500 policiers ont été déployés pour ramener le calme. Gouri Prasad Rath, chef du conseil hindou dans cet Etat, a affirmé que des temples hindous avaient également été attaqués. Mais la police n'a pas pu confirmer ces affirmations.

Selon les autorités, les violences dans les églises se sont produites au lendemain d'une attaque contre un leader hindou appelé Swami Laxmananand Saraswati, qui fait campagne contre la conversion, "forcée" selon lui, d'Hindous de castes basses au christianisme.

La conférence épiscopale, plus haute instance catholique d'Inde, s'est dite "profondément choquée" par des "attaques soigneusement planifiées contre des Chrétiens innocents". Les évêques ont appelé le gouvernement indien à assurer la sécurité de "la minuscule communauté d'Orissa".

Dans le district de Kandhamal, une majorité des Chrétiens convertis sont des "dalits", nom donné aux intouchables de la religion hindouiste.

Les violences interreligieuses éclatent sporadiquement en Inde, pays de plus d'un milliard d'habitants où les Chrétiens ne représentent que 2,3% de la population.

Source : AFP/LA CROIX/BIA
  Retour