Actualités et événements
les protestants s'engagent pour une loi sur la liberté religieuse
  Lire la suite
News & Events
Reintroduced law jeopardizing status of some churches in Hungary
  Find out more
News
2007-12-25
Arabie Saoudite
Haïr les juifs, les chrétiens et les mauvais musulmans, tout le programme scolaire des petits Saoudiens
En Arabie Saoudite, 5 millions d’enfants apprennent jour après jour à l’école, comment ils doivent haïr les juifs, les chrétiens, les musulmans chiites et soufis, tous ceux qu’ils nomment les « incroyants». Le wahhabisme, islam radical, est la religion officielle et elle est au cœur de l’enseignement.

En dehors du wahhabisme point de salut. De l’école primaire au secondaire, les manuels scolaires inculquent aux élèves cette idéologie de la haine de tous ceux qui ne partagent pas leur croyance dans le wahhabisme. Dans le manuel de première année, les élèves apprennent que « tout autre religion que l’islam est fausse. » Dans le manuel de cinquième année, ils apprennent « qu’il est interdit pour un musulman d’être ami avec quelqu’un qui ne croit pas en Allah et son prophète, ou avec quelqu’un qui combat la religion de l’islam » ou bien encore que « quelqu’un qui s’oppose à Allah, même s’il est ton frère par les liens du sang, est ton ennemi dans la religion. »

Cet enseignement se durcit au fur et à mesure du cursus scolaire. Le royaume saoudien apprend à ces jeunes gens que le « Djihad (la guerre sainte) selon Allah consiste à lutter contre l’incroyance, l’oppression, l’injustice et ceux qui la commettent. C’est le summum de l’Islam. C’est l’un des actes les plus nobles qui rapprochent d'Allah. » C’est ce qui ressort du dernier rapport du Center for Religious freedom (centre pour la liberté religieuse). Ils ont étudié le contenu de 12 nouveaux manuels utilisés dans 25 000 écoles en Arabie Saoudite. Ces manuels servent également à l’enseignement dans 19 écoles saoudiennes à l’étranger, comme à Washington, Paris et Londres.

Après les attaques du 11 septembre 2001, l’éducation religieuse a été internationalement critiquée. En effet, sur 19 terroristes, 15 étaient saoudiens. Le Roi Abdallah a promis de faire de la réforme de l’enseignement une priorité. Le Centre pour la liberté religieuse, qui a étudié les nouveaux manuels, constate que 6 ans après ces réformes n’ont toujours pas été effectuées.

Source : Magdaléna Morisset/Aleloo magazine/BIA
  Retour