Actualités et événements
les protestants s'engagent pour une loi sur la liberté religieuse
  Lire la suite
News & Events
Reintroduced law jeopardizing status of some churches in Hungary
  Find out more
News
2009-02-07
Cantorbéry, Angleterre -
Une infirmière britannique menacée de renvoi après avoir proposé de prier avec une patiente
Caroline Petrie, une chrétienne convaincue depuis ses 10 ans, risque de perdre son emploi d'infirmière dans un hôpital proche de Weston-super-Mare, à 225 km de Londres, après avoir été suspendue pour avoir proposé de prier pour une patiente âgée qui souffrait de blessures aux jambes.

« Deux faits nous ont été rapportés - par un travailleur social et par un patient - concernant ses agissements », a déclaré Richard Forshaw, chef du département de la communication du North Somerset Primary Care Trust, au correspondant du service de presse œcuménique ENI. « Le code de conduite du Conseil des infirmières et sages-femmes stipule clairement que les infirmières 'ne doivent pas utiliser leur statut professionnel pour promouvoir une cause qui n'est pas liée à la santé'. Elle avait déjà été mise en garde contre la promotion de sa religion sur son lieu de travail. »

Richard Forshaw a ajouté : « Je ne peux pas prédire ce qui va arriver. Nous devons faire preuve de respect envers les opinions de nos patients et de notre personnel. »

La suspension de Caroline Petrie - une infirmière de 45 ans, mère de deux enfants, qui a quitté l'Eglise d'Angleterre pour devenir méthodiste après le décès de sa mère dû à un cancer - a fait l'objet d'une attention particulière dans les médias britannique.

« Persécutée pour avoir prié » a titré le Daily Mail, qui, dans un éditorial, pose la question suivante : « Comment se fait-il que les institutions de la Grande-Bretagne contemporaine semblent déterminées à protéger toute religion ou croyance, pourvu qu'elle ne soit pas chrétienne ? » Pour sa part, le Daily Telegraph a publié un article intitulé « Une infirmière suspendue après avoir proposé de prier pour le rétablissement d'une patiente âgée ».

La patiente en question était May Phippen, une arrière-grand-mère de 79 ans, traitée à domicile par Caroline Petrie le 15 décembre.

Après avoir soigné et bandé ses jambes, Caroline Petrie a demandé à la patiente si elle voulait prier avec elle. La patiente a décliné l'offre. « Cela ne m'a pas inquiété ; j'ai simplement trouvé que la proposition était étrange, venant d'une infirmière », a déclaré May Phippen, qui est elle-même une chrétienne pratiquante. Le jour suivant, Caroline Petrie a été convoquée devant l'infirmière chef, qui lui a dit que May Phippen avait été « décontenancée » par la proposition.

Ensuite, Caroline Petrie a été suspendue et elle a déclaré à des journalistes : « C'est incroyable ... je n'ai pas tourmenté la patiente. Je ne pensais pas que c'était mal de poser une question. On ne peut pas dire que j'ai imposé ma religion à un patient. »

Elle est en attente d'une décision de l'audience disciplinaire interne qui s'est tenue le 28 janvier.

Dans cette affaire, Caroline Petrie reçoit l'appui du Christian Legal Centre (centre juridique chrétien), qui a été créé récemment. Andrea Williams, fondatrice et directrice du Centre, a déclaré dans un communiqué : « Le fait que des citoyens chrétiens, qui ne souhaitent qu'accomplir leur travail, soient de plus en plus réduits au silence et éjectés de la 'sphère publique' à cause des politiques d'égalité et de diversité est un problème extrêmement préoccupant. »

Source : ENI/BIA
  Retour