Actualités et événements
les protestants s'engagent pour une loi sur la liberté religieuse
  Lire la suite
News & Events
Reintroduced law jeopardizing status of some churches in Hungary
  Find out more
News
2010-02-14
Paris, France
Colloque à Alger sur « l’exercice du culte, un droit garanti par la religion et la loi »
Un colloque organisé par le ministère des Affaires religieuses s’est tenu à Alger les 10 et 11 février 2010. Son sujet : L’exercice du culte, un droit garanti par la religion et la loi.

Ce colloque a rassemblé environ 200 personnes en présence du ministre, le Dr Ghlamallah, et de différents représentants religieux, politiques et universitaires.

Le pasteur Claude Baty, président de la Fédération protestante de France, y a participé comme intervenant.

Selon le pasteur Baty, ce colloque a été une réussite pour plusieurs raisons : c’était une première, les échanges ont été libres, sincères et respectueux. Il a été réaffirmé la liberté de conscience et de culte, cependant la liberté de changer de religion et de le manifester demeure un sujet très épineux. L’ouverture est incontestable, même si, comme l’a rappelé le philosophe et islamologue, Mustapha Chérif, l’ouverture ne va pas sans vigilance et prudence.

Cependant, le pasteur Baty souligne que ce colloque, qui était aussi une opération de communication, a passé sous silence le problème posé par les protestants évangéliques algériens. L’incendie récent d’un temple protestant à Tizou Ouzou n’a pas été évoqué, alors qu’il constitue une situation embarrassante pour les autorités. Comment faire avec le développement visible de ces Églises ? Comment encadrer ces protestants évangéliques, majoritairement kabyles ? Si ces questions sont bien latentes, les protestants évangéliques n’ont cependant jamais été cités à la tribune. Leurs représentants avaient été invités, mais ils n’ont pas été comptés parmi les intervenants. À strictement parler, aucun chrétien algérien n’a eu la parole à la tribune, l’archevêque d’Alger, Mgr Bader, est arabe mais jordanien.

Les protestants évangéliques n’ont pu que se sentir visés lorsque le prosélytisme servant des desseins politiques a été dénoncé, des accusations d’instrumentalisation par l’étranger, et notamment par les États-Unis (dont des représentants participaient au colloque), implicitement rappelées.

Avec des ambigüités, certes, au milieu de discours facilement rassembleurs, il reste qu’un pas a été fait en direction des chrétiens. Ce sont de bonnes paroles, mais seront-elles suivies d’effets, de gestes concrets ? C’est la question qui reste ouverte au terme de ce colloque. Le ministre algérien des Affaires religieuses a manifesté beaucoup de bonne volonté. Le président de la Fédération protestante de France veut y voir des raisons d’espérer. Il ajoute cependant que tout ne dépend pas des autorités politiques, la part de responsabilité des protestants est indéniable. Leur incapacité à se rassembler ruine non pas la légitimité de leurs revendications, mais leur capacité à les porter efficacement.

Source : FPF/BIP/BIA
  Retour