Actualités et événements
les protestants s'engagent pour une loi sur la liberté religieuse
  Lire la suite
News & Events
Reintroduced law jeopardizing status of some churches in Hungary
  Find out more
News
2010-11-16
Washington, États-Unis
Pression de militants contre une résolution sur la diffamation à l’ONU
Des défenseurs de la liberté religieuse appellent instamment les membres des Nations Unies à voter contre la récente proposition, présentée par des pays musulmans, de lutter contre la "diffamation des religions."

Au cours de la décennie passée, l'Organisation de la conférence islamique (OCI) a soutenu avec succès des résolutions similaires dans le but de lutter contre la persécution religieuse. Aux États-Unis, cependant, les militants de la liberté religieuse affirment de plus en plus souvent que ces résolutions font en réalité plus de tort que de bien, selon l'agence de presse Religion News Service (RNS).

« Les résolutions de l'ONU soutenues par l'OCI sur cette question offrent aux gouvernements de quoi justifier les restrictions à la liberté religieuse et à la liberté d'expression », a indiqué la Commission américaine sur la liberté religieuse internationale (USCIRF) dans une déclaration de principes.

Le projet de résolution de l'OCI désigne la diffamation des religions comme « un grave affront à la dignité humaine, conduisant à la restriction illicite de la liberté de religion des fidèles et à l'incitation à la haine et la violence religieuses. »

Les résolutions expriment les sentiments de l'Assemblée générale de l'ONU mais n'exigent pas d'action spécifique de la part des États membres. Le vote d'un comité est attendu en novembre, pour examen et décision de la part de l'Assemblée générale en décembre.

L'USCIRF, commission indépendante et bipartisane, a indiqué que le soutien à la proposition recule. En mars, la proposition a été acceptée de justesse - quatre voix - par le Conseil des droits de l'homme de l'ONU.

« Je suis ravi de pouvoir dire que nos efforts s'avèrent payants et que, chaque année, de plus en plus de pays votent contrent la résolution sur 'la diffamation des religions' », a déclaré Eliot Engel, député démocrate à la Chambre des représentants, dans un récent communiqué. Il a fait parvenir à plus de 150 chefs d'État une lettre signée par des dizaines de membres du Congrès pour les appeler à s'opposer à la récente résolution.

Pour Bill Donohue, président de la Ligue catholique, basée à New York, l'esprit de la résolution est une source d'inquiétude.
« Elle est encouragée par des États membres qui sont connus pour leur mépris des droits de la personne et, en particulier, des libertés religieuses », a-t-il dit dans un communiqué.

Dans un récent rapport sur les lois sur le blasphème, l'organisation de surveillance des droits de la personne Freedom House a conclu que dans sept pays - dont l'Indonésie, la Malaisie et le Pakistan, pays musulmans - les règles ont entraîné des violations des droits de la personne, en particulier des minorités religieuses.
« Parce que personne ne peut se mettre d'accord sur ce qui constitue un blasphème, les lois qui cherchent à l'interdire sont elles-mêmes vagues, extrêmement sujettes à une application arbitraire et utilisées pour tout réprimer, de l'opposition politique à la supervision religieuse », a écrit dans le New York Times Paula Schriefer, directrice de la défense des causes à la Freedom House.

La proposition de résolution de l'OCI s'inscrit dans le cadre d'une initiative plus large de ses 57 États membres de contrer ce qu'ils considèrent comme une « diffamation systémique de l'islam. » Selon un communiqué de presse de l'OCI, le secrétaire général de l'organisation, Ekmeleddin Ihsanoglu, « a souligné les dangereuses conséquences sur la paix et la sécurité dans le monde de la tendance croissante à l'islamophobie. »

Source : ENI/BIA
  Retour