Actualités et événements
« Les droits de l’homme et les religions »
  Lire la suite
News & Events
CHINA: Government unleashes new round of religious persecution
  Find out more
News
2018-11-21
Royaume-Uni
ROYAUME-UNI : Le gouvernement s'engage à consacrer 12 millions de livres sterling à la défense de la liberté religieuse
Le gouvernement britannique a engagé 12 millions de livres sterling pour défendre la liberté de religion ou de croyance dans le monde entier.

L'envoyé spécial du Royaume-Uni pour la liberté de religion ou de conviction, Lord Tariq Ahmad, a déclaré que l'argent « contribuera grandement à renforcer le travail de la société civile et des ONG pour promouvoir le respect et la valeur de la diversité religieuse et de la tolérance... Je ferai en sorte que le Royaume-Uni défende le droit de chacun à pratiquer ou non une religion conforme à sa conscience, où qu'il soit dans le monde. »

S'exprimant dans le cadre de l'émission Today de la BBC Radio 4, le rédacteur religieux de la BBC, Martin Bashir, a déclaré que l'argent « ne peut pas venir assez tôt. »

A la question de son collègue de la BBC, John Humphrys, « Y a-t-il beaucoup de persécutions ? » M. Bashir a souligné l'attentat à la bombe perpétré dans un parc pakistanais à Pâques 2016, l'attentat à la bombe perpétré contre deux églises en Égypte l'année dernière le dimanche des Rameaux et le massacre de plus de 200 chrétiens dans l'État du Plateau au Nigeria en juin de cette année.

« Deux ans, trois continents, des centaines de personnes assassinées uniquement à cause de leur foi chrétienne, » a-t-il résumé.

Interrogé sur ce qu'il ferait des 12 millions de livres sterling, le chef de l'Eglise orthodoxe copte du Royaume-Uni, l'archevêque Angaelos, a déclaré que M. Bashir avait « raison sur l'ampleur et la quantité » de la persécution et que ce qui était « excitant dans ce programme » était qu'il réunissait, pour la première fois, des organisations gouvernementales et des groupes de développement, des organismes d'aide, des universitaires et des responsables religieux.

Il a dit que cela apporterait beaucoup d'expertise sur le terrain qui pourrait « aider à changer les cœurs et les esprits » et « enlever les outils de ceux qui veulent persécuter en parlant au cœur des individus qui sont utilisés par eux quand ils sont vulnérables. »

L'archevêque a ajouté qu'il pensait que la persécution des chrétiens, alors qu'elle était « un phénomène dans de nombreux pays, » n'était pas très largement médiatisée dans les grands médias occidentaux parce qu'elle est « considérée comme un développement occidental, même si nous savons que cela a commencé au Moyen-Orient. »

Il a ajouté : « C'est tout aussi déplorable que l'antisémitisme, l'islamophobie et tout ce qui cible les gens précisément pour leur foi et doit donc être traité au même niveau. »

Humphrys a demandé si une partie du problème pourrait être « qu'il n'y a pas de mot pour ça... Nous avons un mot pour l'islamophobie ; nous n'avons pas de mot pour ne pas aimer les chrétiens ! »

L'archevêque était d'accord et a dit que « c'est plus qu'un mot ; il n'y a pas de concept pour cela et donc il y a une plus grande sensibilité pour en parler. Mais il n'y a pas moyen de collaborer ou de coordonner une coalition de personnes qui s'y opposent, et je pense que c'est la raison pour laquelle - quand il y a un concept, un mot, un ethos, c'est beaucoup plus facile d'amener les gens autour de lui. »

Lorsqu'on lui a demandé de trouver un mot, l'archevêque a dit qu'il était « tout à fait d'accord » et qu'il avait parlé à beaucoup d'autres pour en créer un, mais qu'il n'avait pas encore trouvé la solution et voulait collaborer avec les autres - de toutes confessions et aucun - pour le trouver.


Nov 20, 2018 | Freedom of Religion and Belief | BIA
  Retour