Actualités et événements
les protestants s'engagent pour une loi sur la liberté religieuse
  Lire la suite
News & Events
Reintroduced law jeopardizing status of some churches in Hungary
  Find out more
News
2007-06-15
Cologne, Allemagne
Le pasteur Kobia exhorte à se repentir de la violence perpétrée par le christianisme
Les chrétiens doivent reconnaître que, par le passé, ils ont fait usage de la violence pour opprimer d'autres religions, a déclaré le principal responsable du Conseil oecuménique des Eglises (COE) lors d'un grand rassemblement protestant en Allemagne.

« Si nous n'avouons pas cette histoire, si nous ne nous retournons pas pour nous repentir, cette partie de notre histoire hantera les relations que nous avons entre nous et avec les fidèles des autres religions, » a déclaré le 7 juin le pasteur Samuel Kobia, secrétaire général du COE. Il s'exprimait au Kirchentag, grand rassemblement bisannuel des protestants d'Allemagne, qui a lieu cette année à Cologne du 6 au 10 juin.

Le pasteur Kobia, méthodiste du Kenya, prononçait un discours majeur intitulé "Les religions vivant ensemble".

« Il s'agit d'un des chapitres sombres de l'histoire de la mission chrétienne : au nom du Christ, la présence d'autres religions a été opprimée de manière très violente, » a déploré le secrétaire général du COE. « Tout comme le souvenir des croisades n'a pas été oublié au Moyen-Orient, l'aspect oppressif de la mission chrétienne dans d'autres régions ne devrait pas non plus tomber dans l'oubli », a-t-il ajouté.

Pour illustrer son propos, il a évoqué l'histoire de missionnaires allemands qui, au XIXe siècle, dans ce qui s'appelle aujourd'hui la Tanzanie, avaient rasé les arbres d'un ancien sanctuaire africain de la région du mont Kilimandjaro. « Quand ils ont commencé à couper les arbres, un vieil homme s'est approché et leur a demandé : 'Quel est ce Dieu qui vous demande de détruire les lieux saints des autres ?', » a déclaré le pasteur Kobia à l'assistance.

« Vivre ensemble en tant que fidèles de communautés religieuses différentes exige que chacun de nous surmonte le passé de domination et d'oppression et apprenne à vivre en tant que voisins et amis partageant une même maison, » a-t-il affirmé.

A son arrivée au poste de secrétaire général du COE, en janvier 2004, le pasteur Kobia avait déclaré que le dialogue interreligieux serait à l'avenir la priorité du plus grand rassemblement d'Eglises du monde.

A Cologne, S. Kobia a déclaré que, depuis les attentats terroristes du 11 septembre 2001 aux Etats-Unis, les médias internationaux avaient mis l'accent sur les tensions entre l'Occident et le monde musulman et que la théorie du "choc des civilisations" était devenue depuis le cadre d'interprétation du contexte actuel.

Toutefois, a-t-il souligné, « Attribuer les accès de violence uniquement à la religion est incorrect, même là où les symboles religieux accentuent les tensions et où la religion enseigne qu'il existe des différences entre groupes de gens dans un conflit. Les causes des conflits violents sont généralement bien plus complexes. » En de nombreux endroits, comme en Indonésie, au nord du Nigeria et au Liban, d'énormes efforts de collaboration pour la paix ont été réalisés par les communautés religieuses, a rappelé le pasteur Kobia.

Dans la Corne de l'Afrique, a-t-il indiqué, le COE "sollicite activement" les responsables chrétiens et musulmans : « En raison de la situation en Somalie, qui est devenue un terrain de bataille de la 'guerre contre la terreur', les tensions entre les communautés chrétienne et musulmane s'accentuent." » Il a également averti : « Il s'agit d'une période très dangereuse, non seulement pour la Somalie même, mais pour tous les pays voisins, y compris le mien, le Kenya. »

Le COE a été fondé en 1948 et compte 347 Eglises membres, issues de presque toutes les traditions chrétiennes. L'Eglise catholique romaine n'en est pas membre mais a des représentants dans certains organes du COE et fait partie de groupements d'Eglises dans de nombreux pays.
Source : ENI
  Retour