Actualités et événements
La série de dégradations et de profanations contre des églises continue
  Lire la suite
News & Events
CRL doubles down on threat to “control” religious practitioners
  Find out more
News
2018-12-19
Collonges, Campus adventiste du Salève, France
DES EXPERTS DE L’ONU À COLLONGES POUR PARLER DE « LA FOI POUR LES DROITS »
Collonges-sous-Salève | Gabriel MONET, Doyen de la Faculté Adventiste de Théologie

Les 13 et 14 décembre 2018, le Campus adventiste du Salève de Collonges a accueilli une rencontre à l’initiative du Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l’homme (HCDH) pour travailler sur des ressources de sensibilisation et de formation aux droits de l’homme pour les acteurs de la foi.

Alors que 2018 marque les 70 ans de la Déclaration universelle des droits de l’homme, cet atelier d’experts se situait dans la dynamique du plan d’action de Rabat 2012 et de la déclaration de Beyrouth 2017 et ses 18 engagements de la foi pour les droits. En effet, non seulement il est possible de reconnaître certaines racines religieuses aux droits de l’homme, mais les différentes religions et les acteurs de la foi peuvent être des moteurs dans l’appropriation et l’application des droits humains. Il y a une tendance actuelle à favoriser une vision très sécularisée des droits de l’homme et de voir les religions plus comme partie du problème alors qu’elles ont en fait un rôle non négligeable à jouer dans la solution.

Le profil des 36 experts participants à ce colloque était très pluriel, permettant de faire émerger des idées et des apports variés. En plus des permanents du bureau des droits de l’homme de l’ONU, sous la direction d’Ibrahim Salama et de Michael Wiener, deux rapporteurs spéciaux étaient présents : le Rapporteur spécial sur la liberté de religion ou de conviction et le Rapporteur spécial sur les questions relatives aux minorités. Ont également participé des membres d’organes de traités, responsables d’organisations non gouvernementales, des universitaires, des diplomates, mais aussi des artistes, des leaders religieux, des théologiens, des juristes… venant du Moyen-Orient, Afrique du Nord et des quatre coins de la planète et tous impliqués ou intéressés par les rapports entre religions et droits humains.

Ce n’est pas anodin que cette rencontre se soit passée dans une école, et notamment dans une école où la foi a une place importante. L’existence sur le Campus adventiste du Salève de Collonges du Centre international pour la liberté religieuse et les affaires publiques a contribué à la tenue de cette rencontre de l’ONU à Collonges. Du reste, la rencontre des experts du HCDH - ONU sur le Campus adventiste du Salève a été un évènement exceptionnel pour le monde universitaire adventiste.

Les deux journées ont permis des débats intenses, dans un esprit d’écoute et de partage très constructifs. La complexité du sujet n’a pas été évitée, mais le désir commun de tous les participants que les acteurs religieux soient proactifs en termes de droits humains était manifeste, que ce soit en lien avec la défense des libertés de conscience et de religion, le droit d’en changer, mais aussi de respecter les minorités, de prôner l’égalité homme-femme, de défendre les droits des enfants, ou finalement de promouvoir différents types de dialogue.

L’approche méthodologique de cette rencontre a intégré des moments de discussions et débats en plénières, mais aussi des témoignages d’expériences en cours, des ateliers de brainstorming en petits groupes ainsi qu’une soirée où l’art était en première ligne, que ce soit au travers de la musique ou de la calligraphie.

Il est encourageant de voir que le respect, la liberté et un véritable dialogue se vérifient déjà au niveau des experts qui font des projets, car c’est probablement le premier pas essentiel pour que tous les acteurs, notamment les acteurs de la foi, soient moteurs d’un vécu authentique et effectif des droits humains.

Cette rencontre était donc la première étape en vue de la préparation de ressources de formation, utiles pour que « la foi et les droits » soient en synergie. Les bases ont été posées à Collonges ; nul ne doute que l’aboutissement de ce travail sera une contribution appréciable en vue de relations apaisées entre groupes religieux et autorités publiques, entre croyants théistes, non théistes, athées ou autres et entre les religions.
  Retour