Actualités et événements
La série de dégradations et de profanations contre des églises continue
  Lire la suite
News & Events
CRL doubles down on threat to “control” religious practitioners
  Find out more
News
2019-02-23
Chine
Chine : des Témoins de Jéhovah pourchassés et déportés
La persécution religieuse en Chine s’étend à toutes les religions sans discrimination et les Témoins de Jéhovah en font partie.
Le Parti communiste chinois (PCC) mène non seulement une campagne de répression sévère contre les Témoins de Jéhovah en Chine, mais il soutient aussi d’autres pays qui les persécutent. Dans un article publié plus tôt ce mois-ci, Bitter Winter a rapporté qu’un tribunal russe a condamné le citoyen danois Dennis Christensen, un témoin de Jéhovah, à six ans de prison pour extrémisme. Alors que les organisations internationales et les pays démocratiques ont condamné la décision de la Russie, un acte de répression, le site Web anti-xie jiao du PCC a publié un article de soutien en faveur de la Russie.

Le nombre exact de Témoins de Jéhovah en Chine est difficile à déterminer ; ils ne sont pas inclus sur la liste des xie jiao, mais leurs activités sont jugées illégales. Les missionnaires étrangers sont considérés comme des « forces hostiles » et sont souvent déportés dans le cadre des campagnes de répression chinoises contre l’infiltration religieuse étrangère.

Le 26 décembre 2018, deux policiers d’une ville de la province du Shandong, dans l’est de la Chine, ont fait irruption au domicile de deux missionnaires espagnols des Témoins de Jéhovah. Ils leur ont demandé quel était leur travail et pourquoi ils restaient en Chine alors qu’ils gagnaient si peu d’argent. Les officiers leur ont alors donné l’ordre de quitter la Chine dans les deux semaines au motif que « les étrangers ne sont pas autorisés à faire un travail de missionnaire ».

« Ils [les missionnaires] ont trouvé que leur déportation était très soudaine. Ils n’ont contacté que quelques personnes pour parler de leur foi ; il n’existe aucun document indiquant qu’ils ont violé des règles ou enfreint la loi », a dit un croyant.

« Ils ne voulaient vraiment pas quitter la Chine », a ajouté un autre fidèle.

Quant aux missionnaires étrangers qui n’ont pas encore été arrêtés ou déportés, ils traversent encore une période difficile. Par peur d’être suivie par la police, une missionnaire sud-coréenne a confié à Bitter Winter qu’elle était extrêmement prudente à chaque fois qu’elle sort. Un autre missionnaire sud-coréen, sous une pression extrême, a souffert de maux gastriques à répétition ; il prévoit de retourner en Corée du Sud dans un avenir proche.

Pour éviter que la police ne les découvre lorsqu’ils organisent des rassemblements, les Témoins de Jéhovah ont non seulement installé une porte de sécurité blindée sur les lieux de rassemblement, mais ils ont également utilisé un panneau de mousse de deux mètres de haut sur dix centimètres d’épaisseur pour insonoriser les lieux.

Malgré cela, les fidèles n’osent pas chanter fort.

Ils s’organisent aussi tout spécialement pour que des croyants surveillent l’entrée du lieu du rassemblement. En cas de danger détecté, ils avertissent immédiatement les autres pour qu’ils mettent fin au rassemblement. Les fidèles utilisent aussi des gestes de la main pour signaler aux uns aux autres qu’il faut éteindre les lumières.

En mai 2018, un lieu de rassemblement des Témoins de Jéhovah dans la ville de Linyi, au Shandong, a été perquisitionné par la police. Huit prédicateurs ont été convoqués au poste de police local sans qu’aucun mandat ne leur ait été présenté. Les visas de quatre missionnaires japonais ont été annulés ; la police leur a ordonné de quitter la Chine dans les dix jours et leur a interdit de retourner en Chine pour y faire leur travail de missionnaire.

À peu près à la même époque, le Département du travail du Front uni de la ville de Xinxiang dans la province du Henan, au centre de la Chine, le Bureau municipal de la sécurité de l’État et d’autres départements connexes ont formé huit groupes de travail pour enquêter sur les Témoins de Jéhovah.

Le 5 mai, lors d’une opération conjointe, ils ont effectué une descente dans sept lieux de rassemblement qu’ils ont ensuite fermés. Un missionnaire japonais a été détenu pendant quinze jours, condamné à une amende de 20 000 RMB (environ 2 600 €) et forcé de quitter le pays.

À la mi-octobre 2018, la police a aussi pris d’assaut un lieu de rassemblement des Témoins de Jéhovah de la ville de Harbin, dans la province du Heilongjiang, au nord-est de la Chine. Des agents du poste de police local et des agents du bureau local des affaires religieuses ont fait irruption dans le lieu de rassemblement et ont exigé que tous les fidèles présentent leur carte d’identité. Trois missionnaires sud-coréens ont été emmenés au poste de police local pour y être interrogés ; ils ont été déportés plus tard ce mois-là.

En novembre, un agent du gouvernement du district de Shuangcheng, dans la ville de Harbin, a encouragé les villageois à signaler les missionnaires étrangers aux autorités dès qu’ils en découvrent.

Reportage : Li Mingxuan

https://fr.bitterwinter.org/temoins-de-jehovah-pourchasses-et-deportes/
  Retour