Actualités et événements
les protestants s'engagent pour une loi sur la liberté religieuse
  Lire la suite
News & Events
Reintroduced law jeopardizing status of some churches in Hungary
  Find out more
News
2007-07-08
Varsovie, Pologne
L'Eglise catholique de Pologne soutient les syndicats dans leur opposition au travail dominical
Les syndicalistes polonais ont obtenu le soutien de responsables catholiques romains après avoir entamé une série de grèves perlées pour exiger le droit de ne pas travailler le dimanche dans les supermarchés appartenant à la chaîne de distribution britannique Tesco.

Le syndicat Solidarnosc a annoncé son action le 7 juin, jour de la Fête-Dieu, férié en Pologne, après avoir exhorté Tesco, qui emploie 25 000 personnes dans 280 supermarchés et 21 stations-service en Pologne, à prendre en considération les traditions locales lors de la mise en place des heures de travail.

Le soutien au syndicat est le fait de l'archevêque catholique Stanislaw Gadecki de Poznan.

« S'abstenir de travailler le dimanche n'est pas qu'un devoir religieux, c'est aussi un droit fondamental de la personne, » a déclaré l'archevêque Gadecki début juin. « Travailler le dimanche et les jour de fêtes est interdit dans la plupart des premiers pays membres de l'Union européenne. Pourtant, les tentatives d'introduction d'une telle interdiction en Pologne sont généralement sapées par ceux-là même qui sont en congé le dimanche mais qui refusent ce droit aux autres. »

Il a ajouté : « La liberté de repos est essentielle aux gens en raison de la dignité humaine et des besoins religieux, familiaux, culturels et sociaux de la personne. L'absence d'interdiction du travail dominical et le fait que de nombreux patrons forcent leurs employés à travailler posent un grave problème de conscience aux croyants. »

Toutefois, Monika Kosinska, porte-parole de Tesco, a déclaré depuis la Grande-Bretagne que tous les employés de l'entreprise avaient le droit de choisir leurs heures de travail.

« Tesco est une entreprise très ouverte, mais il nous est difficile de répondre pour la branche polonaise, » a expliqué Monika Kosinska au correspondant d'ENI le 25 juin.
« J'ai étudié les droits de la personne, or j'ignorais qu'il existe un droit à ne pas travailler le dimanche. Je n'imagine pas que Tesco puisse forcer quiconque à travailler un jour de la semaine en particulier, » a-t-elle affirmé.

Le pèreZbigniew Samociak, prêtre catholique romain de Gorzow, a déclaré que sa cathédrale se trouvait maintenant dans l'ombre d'un hypermarché Tesco ouvert 17 heures par jour. Selon lui, l'entreprise britannique empêche systématiquement les employés catholiques d'assister à la messe et ne montre aucun respect pour les fêtes religieuses polonaises.

Les responsables d'Eglise ont par le passé appelé à des contrôles plus stricts des hypermarchés de Pologne, dont les capitaux proviennent essentiellement de l'étranger. Cependant, un amendement au Code du travail qui les aurait forcés à fermer le dimanche a été rejeté en 2001 sur la base d'affirmations selon lesquelles cette mesure aurait laissé 16 000 personnes sans emploi.

Source : ENI/BIA
  Retour