Actualités et événements
les protestants s'engagent pour une loi sur la liberté religieuse
  Lire la suite
News & Events
Reintroduced law jeopardizing status of some churches in Hungary
  Find out more
News
2007-07-24
Singapour, Malaisie
Les chrétiens de Malaisie de nouveau préoccupés par les problèmes de liberté religieuse
Les chrétiens de Malaisie se sont une fois de plus dits préoccupés par le fait que le gouvernement puisse enfreindre leur liberté religieuse, le vice-Premier ministre du pays ayant qualifié la Malaisie d'"Etat islamique".

La Fédération chrétienne de Malaisie a publié un communiqué le 19 juillet exhortant Datuk Seri Najib Abdul Razak à rétracter ses propos prononcés deux jours plus tôt, alors qu'il s'entretenait avec des journalistes. Le vice-Premier ministre avait alors déclaré : « L'islam est notre religion officielle et la Malaisie est un Etat islamique, un Etat islamique qui respecte les droits des non-musulmans et qui les protège. »

Ses remarques font suite à plusieurs procès portant sur la religion ayant intensifié les préoccupations des minorités religieuses de ce pays d'Asie du Sud-Est, qui craignent que la Malaisie perde son caractère d'Etat laïque à majorité musulmane et qu'il devienne un Etat islamique.

« La Fédération chrétienne de Malaise appelle le vice-Premier ministre à rétracter ces remarques et demande au gouvernement de s'abstenir d'employer le terme 'Etat islamique' en parlant de la Malaisie et de recommander énergiquement de qualifier la Malaisie de démocratie constitutionnelle laïque », a déclaré l'évêque Paul Tan Chee Ing, chef de la Fédération.

Selon la Fédération, qualifier la Malaisie d'"Etat islamique" est contraire à la constitution du pays, qui « garantit le droit des membres toutes les communautés religieuses à coexister et à entretenir des rapports égaux entre eux en tant que citoyens d'un seul pays uni ».

Récemment, au cours de plusieurs procès médiatisés, des Malaisiens n'ont pas réussi à être reconnus comme non-musulmans par l'Etat.

Une femme née musulmane mais convertie au christianisme n'a par exemple pas obtenu le droit d'être considérée comme chrétienne et n'a donc pas pu épouser son fiancé, qui est chrétien. Une autre femme, née musulmane mais élevée dans la tradition hindoue, a été éloignée de son mari pour suivre une rééducation religieuse, les tribunaux ayant rejeté sa demande d'être reconnue comme hindoue par l'Etat.

Ces affaires ont suscité une énorme émotion, car selon le droit islamique malaisien, aucune personne née dans une famille musulmane n'est juridiquement autorisée à se convertir à une autre religion, et toute personne épousant un musulman doit se convertir à l'islam. Les responsables religieux non musulmans affirment que ces procès ne sont qu'une partie des nombreux litiges portant sur la transgression de la liberté religieuse en Malaisie.

Les musulmans constituent environ 60 % des 26 millions d'habitants de la Malaisie, qui comprend également des hindous, des bouddhistes, des chrétiens, des sikhs et des membres d'autres communautés religieuses.

Source : ENI/BIA
  Retour